Qui sommes-nous?


«Je suis venu, afin qu'ils aient la vie, et la vie en plénitude» (Jean 10:10), dit le Christ. Les humains devraient trouver dans l'Église la plénitude de la vie. Or, malheureusement, ce n'est pas toujours le cas.

Nous sommes Georges et Nicolas, membres de l'Union d'Utrecht, en pleine communion avec la Communion Anglicane.



Georges et Nicolas dans la cathédrale de Reykjavík


Ayant vécu l'expérience de l'exclusion, nous avons décidé de créer, en 2010, au rez de notre maison, un lieu, où puisse avoir lieu l'Eucharistie - la Messe - sans que personne ne soit exclu. «Celui qui vient à moi, je ne le jetterai pas dehors» (Jean 6:37), dit le Christ. Notre communauté fait également partie du réseau d'églises inclusives (www.inclusive-church.org). Être inclusif, cela ne se limite pas à faire la bienvenue formellement. La vocation maritale et sacerdotale des gens est importante. Lorsque l'on est inclusif, on ne peut pas refuser de bénir un mariage ou une ordination sur base du sexe ou du genre des personnes concernées. Bref, le mariage pour tous, le remariage des divorcés, l'ordination des femmes, l'ordination des gens mariés, gais, lesbiennes et transgenres y compris, pour autant qu'ils aient la vocation, font partie de nos convictions et de nos pratiques. «Car vous tous qui avez été baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ; il n'y a plus ni Juif ni Grec, ni esclave ni libre, ni mâle et femelle; car vous êtes tous un en Jésus Christ.» (Galates 3:27-28)



L'Eucharistie fait l'Église. L'Eucharistie est la constitution de l'Église. C'est le "laboratoire" dans lequel se prépare le Royaume de Dieu. En rendant grâce à Dieu et en communiant à son corps et à son sang, réellement présents sous les espèces eucharistiques du pain et du vin, nous «prenons part à la divinité de celui qui a daigné prendre notre humanité», Jésus Christ, Dieu incarné.

«Catholique» signifie «selon l'entièreté». Ça veut dire que ce qui se fait dans une Église locale doit être, dans l'essence, la même chose que ce qui se fait dans les autres Églises locales. Cela n'a rien à voir avec les prétentions de l'évêque de Rome. Il n'est pas possible d'être catholique tout seul. Une Église particulière ne peut pas être à la fois catholique et indépendante: c'est une contradiction dans les termes. Nous adhérons à la Déclaration d'Utrecht, à celle de Bonn et à celle de Höör. C'est pourquoi, nous voulons que les Messes dans cette chapelle soient présidées par des prêtres en pleine communion avec les archevêques d'Utrecht, de Cantorbéry et d'Upsal.




Les offices de notre chapelle se veulent à la fois traditionnels et progressistes. La liturgie est l'icône de la Jérusalem céleste: Dans l'Ancien Testament, Moïse a fait le tabernacle du témoignage selon le modèle céleste qu'il avait vu pendant sa rencontre avec Dieu (Hébreux 8:5, Exode 25), et, dans le Nouveau Testament, le Christ demande à deux disciples de bien préparer la célébration de la Pâque, sur laquelle il allait greffer l'Eucharistie (Marc 14:14). La liturgie doit, donc, être soignée. Mais elle est également l'icône de la vie ecclésiale. Tels chrétiens nous sommes dans la vie de tous les jours, telle est aussi notre célébration eucharistique. Et, inversement, c'est au sacrement de l'autel que nous apprenons à recevoir également le "sacrement du prochain", c'est-à-dire à servir le Christ qui est présent également dans ceux qui nous entourent: «Ce que vous avez fait à l'un de ces plus petits… vous me l'avez fait à moi.» (Matthieu 25:40)